Dieudonné FOKOU, Sculpteur plasticien

Exprimer la vérité que je perçois de notre monde en sculptant, fondant, soudant, polissant, tissant. Rendre à nos yeux,  l’invisible visible à partir de prétendus déchets récupérés.

Mon expérimentation LA POESIE DE LA MATIERE : rendre sonore les matières silencieuses  avec  lesquelles je dialogue.Transcrire, dénoncer, sublimer LA FEMME,  en articulant mes sculptures par la présence et l’absence de matière qui créent leur volume et leur visibilité. Alterner lignes fines et massives, assembler des matières métalliques et hétéroclites représentant la position complexe de la Femme dans un univers régit par le masculin. Ces œuvres peuvent se décliner en déesse silencieuse, divine gardienne des traditions et rituels, en mère dont le ventre dévoile notre inconscient, en danseuse libérée de toutes astreintes, en fiancée fière des efforts du fiancé « débrouillard » …

Ce n’est pas un visage, un corps parfait qui m émeut mais l’alternance de rugosités et de lignes polies qui reflète la complexité de la personnalité humaine.  Dépasser l’apparence des formes, des des idées, des discours. Voyager entre un art minimaliste et l’expression au travers d’œuvres monumentales, sans être dans un antagonisme réducteur.

Certaines de mes œuvres révèlentla souffrance humaine, l’injustice sociale, la mondialisation effrénée, le consumérisme … D’autres respirent la sérénité, nous parlent de tendresse, de féminité, de présencebienveillante, de sensualité. Elles sont souffle de vie incarnant la relation à l’autre comme autant de traversées dans le temps où l humain apparait dans cequ’il est de plus luminescent et de plus fragile.

Faire vibrer la matière pour qu’elle devienne passerelle de réflexions, d’émotions, susciter un dialogue avec les spectateurs …